Est-ce que posséder une voiture avec une couleur insolite ou bien un habillage spécial est une prise de risque quant à la revente ensuite ? Une voiture se vendra-t-elle moins cher à cause de sa couleur ? Quand on connaît le peu de variété dans les couleurs dans un marché automobile comme la France, la question se pose sérieusement. Et pourtant, cela n’est pas forcément le cas.

90% du marché regroupé dans 5 couleurs

Le marché automobile en France est très stéréotypé en matière de couleur. Si on prend par exemple l’ensemble des voitures d’occasion en vente à cet instant sur le site de petites annonces auto-selection.com, plus de ¾ des véhicules sont gris, noirs ou blancs. Dans le détail, cela donne : 31% de voitures grises, 24% de voitures noires, 22% de voitures blanches . Cela laisse peu de place aux autres coloris. Et si on va un peu plus loin, on aura 9% de voitures bleues et 6% de voitures rouges. Autrement dit, cinq coloris différents couvrent à eux seuls 90% du marché automobile. Certes, quand il est question de « gris », de nombreuses déclinaisons existent dans ces gris. Et les constructeurs ne sont d’ailleurs pas avares pour imaginer des noms de couleurs originaux. Mais on reste sur un périmètre peu varié.

Les raisons à cela sont connues : sur les voitures neuves, il n’est pas rare que la couleur soit une option payante en plus. Et lorsqu’on achète une voiture neuve, c’est un facteur qui peut allonger le délai de livraison.

La couleur, critère d’achat secondaire

Inévitablement, on se dit alors que posséder une voiture jaune, verte, bronze ou autre pourrait à un moment poser un souci. Partant du principe que la majorité des personnes se tournent vers des couleurs très neutres, les couleurs originales, voir les personnalisations, trouveront moins d’intéressés en face. Le vendeur devrait alors baisser son prix pour trouver preneur. Mais il n’est est rien.

En effet, dans sa 10ème édition de l’étude barométrique annuelle «Les Français et l’automobile» (2019), sur la thématique « Automobile & Pouvoir d’achat », Aramisauto indique que le critère numéro un lors de l’achat d’une voiture est le prix. 69% des acheteurs d’une voiture d’occasion regardent en priorité le prix. Le second critère qui pèse dans la balance est le kilométrage du véhicule pour 62%. L’état général de l’auto est considéré par 51% des acheteurs. Viennent ensuite le type de moteur (38%), La consommation de carburant (36%), l’entretien effectué (33%), la sécurité (32%), le modèle (30%), le confort (29%) et la marque (27%). La couleur n’est donc pas du tout un critère primordial en matière d’achat de voiture d’occasion. Elle arrive en 12e position de cette étude (si on l’intègre dans la catégorie esthétique et design).

Lorsqu’il sera question d’une reprise voiture auprès d’un professionnel ou bien d’une revente à un particulier, si vous êtes propriétaire d’une voiture à la couleur originale, ne bradez pas tout de suite le produit ! Des acheteurs qui veulent se démarquer se feront certainement connaître. Après, si vous avez vraiment forcé sur la personnalisation et opté, par exemple, pour un camouflage militaire pour l’ensemble de votre carrosserie, cela sera probablement encore un peu plus difficile de trouver preneur !